DEVENIR GUIDE

DEVENIR GUIDE DE PÊCHE


Voici un résumé (non-exhaustif) expliquant les démarches à suivre si vous aimeriez devenir guide de pêche au Québec.

 

Pour le moment, il n’y a pas une autorité ou institution particulière au Québec qui régisse entièrement le métier de guide de pêche. Toutefois, les guides doivent se conformer à certaines règlementations.

Après une présentation de ce que signifie être un guide de pêche, vous trouverez ci-après toute l’information utile pour réaliser votre projet.

Voici les différents aspects à considérer pour mettre en œuvre votre projet : 

 

  • A) MÉTIER DE GUIDE DE PÊCHE
  • B) CONFORMITÉ EMBARCATION 
  • C) NAVIGATION
  • D) CARTE SECOURISTE 
  • E) STATUT D’ENTREPRISE 
  • F) FINANCIER
  • G) VISIBILITÉ 

 

A) MÉTIER DE GUIDE DE PÊCHE 

 

Ce que l’on attend d’un guide lors d’une excursion de pêche :

Un guide de pêche doit faire preuve de compétence, rigueur, savoir-faire, et posséder une certaine expertise dans le domaine. Au cours d’une excursion, le guide est le capitaine de la journée; il est aussi au service de ses clients. 

 

Préparation :

Il doit bien organiser la journée de pêche.

Informations aux participants sur les lieux et heure de RV et sur ce qu’ils doivent prévoir pour passer la journée en bateau;

Vérifications des conditions météorologiques;

Préparation complète du matériel de pêche;

Organisation du bateau (propre, bien rangé et sécuritaire). 

 

Accueil des clients :

Le guide doit accueillir ses clients dans une ambiance détendue et professionnelle; il doit démontrer une assurance et un calme qui inspirent les participants.

Un briefing au départ est très recommandé : programme de la journée, sécurité à bord, techniques de pêche, manipulation des poissons. 

 

Sur l’eau, la pêche proprement dite :

La navigation doit être souple, sans changements brusques d’allure ou de direction.

Le guide doit bien connaitre les eaux où il guide et aussi connaître parfaitement les poissons qui y vivent. Il doit expliquer comment attraper et manipuler les poissons de façon sécuritaire pour ne pas se blesser ni blesser le poisson (hameçons, dents et nageoires des poissons…).

Le guide doit s’adapter à la clientèle, être attentif aux besoins des clients. Souvent les participants ne sont pas aussi endurants que vous-autres, pêcheurs expérimentés; il faudra donc penser à inclure des moments de repos, ce qui permettra de profiter davantage de la journée. Une excursion de pêche est aussi l’occasion de profiter des beautés de la nature, alors n’oubliez pas de proposer de prendre les clients en photos avec leurs captures et le paysage environnant.

À la fin de l’excursion, le guide pourra procéder à l’éviscération des poissons ou encore préparer les filets pour les clients qui souhaitent ramener leur capture à la maison. Pour cela, il est important de connaître les règlements de pêche et les respecter scrupuleusement.

Enfin la journée doit se conclure avec des sourires, une bonne poignée de main, sans oublier de féliciter les participants pour leurs efforts et leurs captures!

 

Règlements de pêche Québec : Cliquez ici pour accéder aux informations. 

 

B) CONFORMITÉ DE L’EMBARCATION

  

OBJET : EXIGENCES RELATIVES AUX BÂTIMENTS D’AU PLUS 6 M DE LONGUEUR QUI TRANSPORTENT DES PASSAGERS

 

Veuillez consulter le document suivant afin d’avoir plus de précisions sur les équipements ou les différentes exigences pour votre projet (« Guide de pêche Québec »).

 

Pour les bâtiments de moins de 15 tonneaux de jauge brute, les normes applicables sont entre autres, le TP 1332 Norme de construction des petits bateaux et le chapitre 1487 Règlement sur les petits bâtiments. 

 

1 – Tout bâtiment d’au plus 6 m de longueur doit avoir à son bord :

 

un gilet de sauvetage pour petits bâtiments approuvé;

 

deux avirons avec deux dames de nage, deux pagaies ou une ancre fixée à un câble, un cordage ou une chaîne, ou une combinaison de ceux-ci, d’au moins 15 m de longueur;

 

une écope ou une pompe de cale à main;

 

un extincteur de classe B I (poudre multiple  A B C de 0.9 kg). Les extincteurs fabriqués au Canada doivent porter l’étiquette d’approbation des Underwriters Laboratories of Canada;

 

une ligne d’attrape flottante d’au moins 15 m de longueur, munie d’un anneau flottant de sauvetage;

 

une lampe de poche étanche avec piles et ampoule de rechange;

 

trois signaux pyrotechniques de détresse approuvés commercial de type A, B ou C placés dans un contenant étanche. Tous les feux de détresse doivent arborer clairement l’estampille de Transports Canada. Les feux de détresse sont valides pour une durée de quatre ans à partir de la date de fabrication;

 

une trousse de premiers soins, dans un contenant de plastique rigide refermable et étanche, qui contient :

 

20 pansements adhésifs,

deux compresses stériles,

une bande de gaze de 10 cm × 4,5 m,

une bande roulée de gaze de 7,5 cm × 4,5 m,

un bandage triangulaire, dont la longueur de la base est d’au moins 100 cm, et deux épingles,

un rouleau de ruban adhésif de premiers soins de 1,25 cm × 4,5 m,

une paire de ciseaux de sûreté,

60 ml de solution antiseptique et 10 porte-cotons jetables, ou 10 tampons antiseptiques,

un manuel de secourisme,

deux paires de gants d’examen en latex,

un masque de réanimation;

 

un appareil de signalisation sonore efficace;

 

Les feux de navigation  minimum requis pour les embarcations de moins de 12 m sont un feu blanc 360 degrés visibilité 2 milles et des feux de cotes vert et rouge 112.5 degrés visibilité 1 mille.

 

NB : les combinaisons de travail flottantes approuvées sont fortement recommandées pour tout bâtiment dans des eaux dont la température est inférieure à 15°C. 

 

2 – Permis de petit bâtiment commercial :

 

Le  bateau doit faire l’objet d’un permis de petit bâtiment commercial émis par TRANSPORTS CANADA.

Formulaire en main et numéro du permis doit être inscrit de chaque coté de la coque à l’avant et d’une hauteur d’au moins 75 mm.

 

La demande de permis pour un petit bâtiment commercial est disponible sur le site Web de TRANSPORTS CANADA. 

 

3 – Certification des opérateurs :

 

L’opérateur d’un navire commercial à passagers de moins de 5 tonneaux de jauge brute et moins de 8 mètres de longueur dans les eaux abrités  doit avoir :

Carte de compétence pour embarcation de plaisance émise par le Bureau de la Sécurité nautique (Garde Côtière).

L’opérateur doit être en mesure de démontrer ses compétences sur l’embarcation ainsi que sa familiarité avec tous les systèmes et équipements à bord.

 

Un cours de base de secourisme en mer dans un établissement reconnu (Ambulance St-Jean) (Croix Rouge Canadienne) (Institut maritime du Québec). 

 

4 – Communication :

 

Tout navire doit être muni d’un radiotéléphone VHF si le navire transporte plus de 6 passagers au cours d’un voyage dont une partie est effectuée :

Soit dans une zone VHF,

Soit à plus de cinq milles du rivage.

 

Si l’embarcation est munie d’un radiotéléphone VHF, l’opérateur devra avoir sa carte d’opérateur radio restreint (compétence maritime) (COR.CM).

 

Si le radiotéléphone VHF n’est pas requis en vertu du règlement, un moyen de communication efficace est exigé. 

 

5 – Flottabilité :

 

Les navires de 6 m et moins doivent respecter les exigences de capacité et flottabilité conformément à la section 4 du TP1332 concernant la conception de la coque dont, entre autres, les critères de flottabilité minimale et de flottabilité à fleur d’eau.

Une évaluation de la stabilité peut être demandée en fonction du type de navire proposé et du nombre de passagers transportés. 

 

6 – Construction et systèmes :

 

La résistance structurale doit être conforme à l’utilisation prévue du bateau.

L’installation des différents systèmes devra rencontrer le TP1332. La plus part des bateaux sont construits en appliquant cette norme par défault.

 

7- Équipements de navigation :

 

Un compas magnétique est requis à bord de tous navires, sauf si, à la fois :

le navire a une jauge inférieure à cinq tonneaux;

le navire navigue en vue d’amers. 

 

8 – Réflecteur radar :

 

Selon le secteur d’opération, il peut être exigé d’installer d’un réflecteur radar passif d’une surface réfléchissante d’au moins 10 m carrés et situé à au moins 4 m au-dessus de la flottaison.

 

9 – Les garde-corps :

 

Les garde-corps ou rambardes aux endroits où les passagers ont accès devront avoir une hauteur minimum de 915 mm, à partir du fond du cockpit et l’espace vertical entre les barreaux ne devra pas excéder 230 mm.

  

10 – Responsabilité :

 

La personne responsable d’un bâtiment doit, avant que le bâtiment quitte un endroit où des passagers montent à bord, donner aux passagers, un exposé sur les consignes de sécurité, l’emplacement des gilets de sauvetage, etc.

 

11 – Première inspection :

 

Une fois les items ci-dessus complétés, une inspection sera effectuée sur votre navire et si le niveau de conformité est atteint, TRANSPORTS CANADA vous émettra un avis d’inspection pour commencer vos opérations. 

 

12 – Auto-inspection et Contrôle ponctuels aléatoires :

 

Une auto-inspection annuelle consiste en un examen du bâtiment et ses composantes, qui devra être aussi approfondi que nécessaire pour assurer que le bâtiment répond aux exigences.

Une liste d’auto-inspection sera donnée au propriétaire, après la première inspection effectuée par l’inspecteur maritime de TRANSPORTS CANADA.

 

Des contrôles ponctuels aléatoires seront réalisés par la Sécurité maritime pour vérifier que les bateaux possèdent un avis d’inspection en règle et assurer que votre bâtiment est sécuritaire, autant pour vous que pour vos passagers, et qu’il est conforme à la loi.

 

Veuillez noter que ce document à été écrit en fonction des informations connues à ce jour et que certaines modifications ou ajout au document sont possibles en fonction de la taille du bâtiment, du type de bâtiment ou de son usage, du nombre de passagers ou de personnes à bord et du secteur d’exploitation.

 

Les moteurs à essence et leur installation doivent rencontrer certaines conditions particulières. 

 

Voici le lien pour le nouveau Programme de Conformité des Petits Bâtiments (PCPB) :

Informations : Cliquez-ici pour accéder aux informations.

Formulaires : Cliquez-ici pour accéder aux informations. 

 

Si vous désirez avoir de l’information supplémentaire ou pour toute question, n’hésitez pas à contacter :

Elie TABET

Inspecteur / Inspector
Sécurité maritime / Marine safety                                                            
Tel: (514) 283-5713 | Fax: (514) 283-6595
elie.tabet@tc.gc.ca

TRANSPORTS CANADA | 800, boul. René-Lévesque O. (NM-Mtl)
Suite 620, Montréal (Québec) H3B 1X9
Gouvernement du Canada
 

 

Ces informations sont données suivant la réglementation en vigueur à ce jour.  Au moment de les utiliser, veuillez vérifier auprès de Transports Canada que des changements ne sont pas survenus dans le programme. 

 

C) NAVIGATION  

 

Le guide de pêche doit connaitre parfaitement l’utilisation de son embarcation et sa carte de conducteur d’embarcation de plaisance.

En cas de panne, il doit savoir réagir et trouver des solutions.

Il doit connaitre parfaitement son ou ses lieux de travail (lieux de pêche) : hauts fonds, pics rocheux…

Il doit être capable d’effectuer seul la mise à l’eau de son embarcation, ainsi que la sortie de l’eau.

L’utilisation d’un bon sonar combiné avec un GPS est très importante.

L’utilisation d’une Radio VHS peut être recommandée dans certains cas. 

 

Carte de conducteur d’embarcation de plaisance :

Examen : Cliquez-ici pour accéder aux informations. 

 

Guide de sécurité nautique (plaisancier) :

Documentation : Cliquez-ici pour accéder aux informations. 

 

Obtenir le cours de formation sur les compétences des conducteurs de petits batiments (SVOP) :

Documentation : Cliquez-ici pour accéder aux informations.

 

Cours Sécurité de base des petits batiments autre que les embarcations de plaisance (FUM-A3) :

Documentation : Cliquez-ici pour accéder aux informations. 

 

D) CARTE SECOURISTE 

 

Le guide de pêche doit avoir en sa possession sa carte de secouriste (cours de base de secourisme en mer).

 

Établissements reconnus : Ambulance St-Jean; Croix Rouge Canadienne; Institut maritime du Québec

Ambulance St-Jean : Cliquez-ici pour accéder aux informations.

Croix Rouge Canadienne : Cliquez-ici pour accéder aux informations.

 

E) STATUT D’ENTREPRISE 

 

Le guide de pêche peut exercer son activité sous différents statuts : travailleur autonome, salarié, entrepreneur individuel.

Après avoir obtenu toute l’information pertinente auprès d’un comptable et/ou fiscaliste, vous pourrez adopter le statut le mieux adapté à votre situation particulière.

 

Info Revenu Québec : Cliquez ici pour accéder aux informations.

  

F) FINANCIER  

 

Investissements à prévoir:

Bateau et  véhicule puissant pour le transport du bateau  / remorque / équipements de pêche de départ / équipements de navigation et de sécurité.

Notez qu’il est possible pour les guides expérimentés et connus dans le milieu de la pêche de bénéficier d’un prêt de bateau pour la saison de pêche par des magasins qui vendent de tels bateaux. Cela demeure rare, mais c’est une option à envisager. 

 

Dépenses régulières :

Stationnement du Bateau / frais de déplacements aux lieux de pêche / équipement de pêche à renouveler  – usure et bris / appâts / permis de pêche / renouvellement des équipements de navigation et de sécurité / assurance.

 

Revenus :

Ils proviennent évidemment de la clientèle. Il ne faut pas oublier qu’une excursion implique des coûts pour le guide (cf. ci-haut).

 

Un bateau qui peut recevoir jusqu’à 4 ou 5 clients est préférable; le moins vous aurez de clients sur une journée de pêche, le moins cette journée sera rentable.

Voici quelques facteurs qui influenceront les tarifs que vous pourrez appliquer : dépenses encourues pour la journée; type de pêche; votre expérience et votre expertise; la qualité de votre service, du bateau, du matériel de pêche, la qualité de la pêche elle-même et le plaisir vécu par les clients (sachez que certains clients donnent des pourboires). 

 

Comment se faire payer par vos clients? :

Plusieurs manières sont possibles, mais certaines sont plus fiables que d’autres. Un problème à anticiper est celui des annulations de dernière minute.

 

Écrivez nous afin d’obtenir des informations à jour à propos des modes de paiement de votre clientèle pour Guide de pêche. 

 

G) VISIBILITÉ 

 

Comment avoir des clients? Vous devrez être patient les 2 ou 3 premières années afin de fidéliser votre clientèle.

Idéalement, vous devrez avoir un site internet et une page Facebook ainsi qu’une adresse courriel dédiée à votre activité de guidage.

Le site internet de « Pêche Excursion Québec » vous propose une visibilité clef en main. Nous pouvons héberger votre

profil de guide de pêche avec les excursions que vous proposez, vos disponibilités, vos tarifs et moyens de paiement, etc.  

Écrivez-nous afin d’obtenir des informations à jour à propos de notre service de visibilité Guide de pêche.

 

 

N’hésitez pas à nous recontacter si vous avez des questions.


LES ACCROS
FACEBOOK PEQ
CAMPING UNION
BEST DEAL FISHING
SWIMMY FISH
TARGET BAITS
CARTE CADEAU
NEWSLETTER P.E.Q.